Accueil > Revue de presse > Le très lucratif business des concours - Ondine Debré, le Monde Campus, 11 (...)

Le très lucratif business des concours - Ondine Debré, le Monde Campus, 11 février 2018

dimanche 11 février 2018, par Martine

Les 24 et 25 février, Clotilde va présenter le concours d’entrée à l’IEP de Paris. Comme elle, ils sont près de 17 000, toutes filières confondues, à avoir déboursé 150 euros pour pouvoir le passer. Elle est en terminale dans un lycée du 9e arrondissement de Paris, et même si l’école de la rue Saint-Guillaume assure que le concours s’adresse aux étudiants de son niveau, le climat anxiogène qui règne sur ces examens – et l’inquiétude chez ceux qui les passent – a décidé ses parents à lui offrir une formation dans l’une des nombreuses sociétés spécialisées présentes dans la capitale.

Ils ont hésité sur les modalités. Commencer dès la 1re ? Les samedis après-midi ? Pendant les vacances scolaires ? Ils ont finalement opté pour une formule intensive de 120 heures de cours, chez PGE-PGO, pour la somme de 1 675 euros. Au menu : trente heures de cours d’histoire, vingt heures de cours d’anglais et vingt heures d’option, un suivi tutoriel et un supplément en intranet, qui permettent d’approfondir les cours.

« Les parents sont prêts à tout »

«  Les prépas, ce n’est pas cela qui manque, il s’en crée tout le temps, c’est un vrai business, assure le responsable de formation dans l’une d’elles. Nous répondons à un véritable besoin, les élèves et les parents se sentent rassurés, et nous offrons de réels résultats. »

Pour Nicolas Fellus, responsable des salons chez Studyrama, le business des concours, c’est bien celui-là : « Il existe une réelle angoisse aujourd’hui autour des études et les parents sont prêts à tout pour que leur enfant soit bien encadré. Les prépas ­privées ne font que profiter de cet état de fait. »

Face à ce déferlement de formations, de nouvelles formules voient le jour : plus faciles d’accès, moins chères et plus évolutives, ce sont les formations proposées sur Internet.

Pierre-Axel Domicile a créé, en 2016, Réussir ma Paces, une société 2.0 de préparation aux concours médicaux. Ancien étudiant en médecine et futur chirurgien dentaire, il a suivi un semestre de préparation privée. « C’est un marché juteux, les prépas coûtent presque 3 000 euros par an et sont dirigées par des chefs d’entreprise, décrit-il. Après cette expérience, j’ai décidé de devenir tuteur à la faculté de médecine de Bordeaux, et j’ai ensuite écrit un livre, Réussir la Paces ­ (Editions du 46, 2013). »

Le livre marche et l’idée lui vient de court-circuiter les mastodontes du marché, en alliant l’expérience de l’ancien élève à l’inventivité de la jeunesse. « Je propose des cours de méthodologie en vidéo pour un prix de 27 euros, c’est quand même plus raisonnable que de payer 3 000 euros pour remplir des QCM !  », souligne-t-il.

Un raz-de-marée de prépas privées

Du côté des écoles de commerce, c’est la même impression : un raz-de-marée de prépas privées, mais aussi d’écoles aux noms tous plus engageants les uns que les autres. Comment faire son choix ? Là encore, c’est un business. La machine à sélectionner les étudiants est de plus en plus complexe et concurrentielle, et les écoles dépensent les deux tiers de leur budget concours en communication.

« Pour nous faire connaître, nous ne lésinons pas : présence sur les salons, campagnes de publicité, applications, il est indispensable d’avoir un gros budget sur ce poste-là pour tirer notre épingle du jeu  », confirme Didier Wehrli, délégué général du concours Atout +3, qui rassemble neuf écoles de commerce.

Promotion et publicité coûtent en effet cher aux opérateurs de concours : « Les frais d’inscription au concours sont de 150 euros pour l’écrit, puis de 30 euros par école pour les oraux. Plus de 2 000 étudiants se présentent à nos concours. Mais le budget d’organisation est à peine couvert par les frais d’inscription », comme le précise Didier Wehrli

Christian Chenel, chargé de la Banque commune d’épreuves, la fameuse BCE qui rassemble vingt-quatre écoles de commerce, dont les « trois grandes » (HEC, Essec, ESCP Europe), le confirme : les opérateurs de concours, ceux qui organisent le passage des étudiants devant leur feuille d’examen, sont des associations de loi de 1901 et ne gagnent pas d’argent, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer.

« Il faut gérer les inscriptions par le système informatique, élaborer les sujets, organiser le concours proprement dit, puis les oraux… Pour un opérateur de taille moyenne, c’est un budget d’environ 150 000 euros, le reste part en communication  », résume-t-il.

« Il n’y a pas forcément besoin de faire une formation »

D’Edimbourg, où elle est en échange pour trois mois, loin du climat anxiogène qui plane sur les étudiants, Camille Muller raconte calmement son expérience des concours pour intégrer l’école de commerce EM Strasbourg : « J’étais en terminale littéraire, donc a priori pas dans la bonne filière, mais j’ai réalisé que j’avais envie de présenter l’EM, qui est tournée vers l’international. Comme j’étais bonne en classe, je n’ai pas fait de prépa, je me suis inscrite à la dernière minute. »

« Ce que nous cherchons, ce sont des personnalités : le bachotage, c’est à la portée de n’importe qui, assure Didier Wehrli d’Atout + 3. Le message que nous voulons faire passer, c’est qu’il n’y a pas forcément besoin de faire une formation, nous sommes ouverts à tous les étudiants qui osent nous rejoindre.  » Une façon de redonner confiance aux étudiants, en les incitant peut-être avoir un autre regard sur le business des concours ?

Pour lire cet article sur le site du Monde